Le skate, un mode de vie unique!

Le skateboard, un sport connu de tous, mais qui a bien plus d’impact qu’on ne le croit. Les planchistes parcourent les rues de Montréal avec plus de passion que jamais et nous donnent des frissons en pratiquant cet art hors du commun.

Vers les années 1930, le sport apparait tranquillement. C’est à partir de trottinettes modifiées que les planches prendront leur apparence. La planche à roulettes telle qu’on la connait de nos jours fera son apparition pour la première fois dans les années 50 en Californie. La compagnie Humco vendra pour la première fois les skates en 1956 et c’est un sport qui gagnera en popularité et qui sera appelé «sidewalk surfboard» ou littéralement «planche à surfer les trottoirs». Même au Québec, Claude Jutra, réalisateur québécois, sortira un court-métrage sur ce nouveau sport et sur la passion des jeunes qui en découle.

Ayant de la difficulté à staz-1-700e faire connaitre au début, ce sport explose en 1973 et devient mondial grâce à l’ingénieuse idée de deux surfeurs Californiens, Frank Nashaworthy et Bob Bahn, qui créent la roue en uréthane. C’est là que le skate moderne tel qu’on le connait fait son apparition et qu’il se propage internationalement. Les premiers «skateparks» sont créés et la planche à roulettes est reconnue pour la première fois comme étant un sport. D’ailleurs, le TAZ à Montréal est certainement le «skatepark» le plus important du Québec.

C’est un peu après cette expansion que les premières célébrités de ce sport voient le jour dans les années 80 comme Natas Kaupas ou Mark Gonzales. Le skate devient un tout nouveau style de sport. Il est utilisé à travers les villes pour se déplacer sur les rampes, les bancs de parcs et tous autres objets qui se trouvent sur le chemin des planchistes. Les skateparks deviennent ennuyants et trop petits, donc les «skaters» utilisent les villes comme d’énormes parcs d’attractions. Les «tricks» deviennent populaires vers les années 1992, à cause des nouvelles stars du domaine comme Tony Hawk et Rodney Mullen, qui sont les révolutionnaires du sport. Ces stars sont reconnues et encore actives aujourd’hui, par exemple, Tony Hawk qui est devenu tellement populaire que même certains jeux vidéo portent son nom aujourd’hui. Mullen est l’un des principaux responsables de l’art du skate d’aujourd’hui en créant plusieurs figures populaires dont le «kickflip» et le «heelflip».

Ces stars apportent aussi une nouvelle vision du sport. À l’époque, le skate était un bel art qui s’est tranquillement métamorphosé en sport extrême. Avec la venue de Hawk et les autres célébrités des années 90, le skate valorise plutôt la technique que l’apparence. D’ailleurs, dans les mêmes années ce sont les premiers «X Games» qui voient le jour. C’est une compétition annuelle de sports extrêmes qui comprend le skateboard et qui attire les personnes les plus folles de ce monde. Comme on dit le sport, «lander un big air» de 65 pieds est tout à fait normal pour les personnes de ce monde.

Le skate est considéré comme étant un sport avant tout, mais ça va bien au-delà de ça. C’est un mode de vie complet qui fait en sorte que les planchistes se démarquent du reste de la population et des autres sportifs. Le style vestimentaire est important, les skaters sont facilement reconnaissables par leur style particulier. Les marques «Element, Supra, Osiris, Vans et TAZplusieurs autres font «skater» une personne qui se démarque. Selon certains «vrais» planchistes, les personnes qui portent ces marques ne sont que des «posers», car la plupart des amateurs ne voient pas vraiment l’intérêt de s’acheter ces grandes marques coûteuses. Malgré tout, c’est une mode très populaire pour plusieurs personnes, même si celles-ci ne pratiquent pas nécessairement. À travers le style vestimentaire, il y a aussi la musique qui inspire les «skaters» à performer et à continuer à pratiquer leur passion et à progresser à travers ce parcours hors du commun. Le rap, le hip/hop, le rock et le ska sont les quatre principaux styles musicaux qui font partie de cette mode. D’ailleurs, les «skaters» qui écoutent du rap seraient plus attirés par le «street», tandis que ceux qui écoutent du ska seraient plus attirés par le «street hammer» et ceux qui écoutent du rock sont pour la plupart un peu plus âgés et préfèreraient le «old school». Les différences entre le «street», le «hammer» et le «old school» sont les «tricks» techniques du premier style, les gros «big airs» du deuxième et les «bowls» du troisième style qui étaient pratiquées à l’époque dans les piscines creusées vides.

À travers les années, le skate a gagné en popularité et il n’est pas prêt de s’enterrer. À travers le monde, les amateurs feront évoluer le style et ils apporteront une nouvelle facette à ce sport qui fait en sorte que les «skaters» sont des personnes uniques.

Gabriel Massé

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s