Bonbon pour le moral

L’hiver est dur pour le moral? La fatigue, l’agressivité, les sautes d’humeur ainsi que la déprime s’installent dans le quotidien d’en moyenne 18% des canadiens. En effet, le manque de lumière d’août à avril affecte radicalement certaines personnes. La luminothérapie est un choix à considérer pour diminuer les effets de ce blues hivernal.

Qu’est-ce que la luminothérapie?

Tout d’abord, « il est important de ne pas confondre cette pratique avec le bronzage en cabine », précise la docteure Auclair, médecin depuis 18 ans à l’Institut de Cardiologie de Montréal. La luminothérapie, également appelée luxthérapie, consiste en une lumière pénétrant la rétine où elle traversera le nerf optique, avant d’atteindre le corps pinéal situé dans le cerveau et qui gère l’envie de dormir. Par contre, la luminothérapie n’est efficace que pour certaines personnes seulement. En effet, celle-ci doit être apte à diffuser 10 000 lux, pour se rapprocher le plus possible de la lumière du soleil. Davantage efficace le matin, ce bain de lumière peut être pris au déjeuner ou alors qu’on lit le journal. Mieux vaut commencer les séances au début de l’automne et terminer le traitement en avril. La plupart des gens notent une amélioration dès la première semaine, mais quatre semaines sont généralement nécessaires pour observer des changements biologiques mesurables. La luminothérapie s’avère efficace chez 50 à 80 % des gens qui souffrent de dépression saisonnière, un taux comparable à celui des antidépresseurs. Les symptômes réapparaissent toutefois lorsqu’on cesse les séances. Selon une étude publiée dans le Journal of Affective Disorders, le Trouble Affectif Saisonnier (TAS) touche davantage les femmes et les jeunes adultes entre 20 et 30 ans, et deux études publiées par l’Association des psychiatres du Canada concluent qu’il diminue vers l’âge de 60 ans. Cette lumière ne vient en aucun cas endommager l’épiderme de la peau, contrairement aux rayons ultraviolets des cabines. Cette technique repose sur un fait scientifiquement prouvé; soit que « la lumière influence notre humeur et agit sur le biorythme du corps humain », souligne la spécialiste. Lorsque l’on ressent une baisse d’énergie pendant la saison hivernale, c’est que notre corps est en manque de lumière. Du coup, le moral est en berne, l’optimisme et le positivisme se raréfient et pour cer8taines personnes, des troubles du sommeil et de l’appétit surgissent. Pour pallier naturellement à cette baisse de forme, la luminothérapie permet de refaire le plein d’énergie en toute sécurité, à des coûts relativement raisonnables et ce, chez soi. Dans tous les cas, il est conseillé d’en parler à un médecin avant de débuter l’expérience afin que cette pratique soit sécuritaire et efficace.

Luminothérapie en plein-air au centre-ville de Montréal

« Passez du temps à l’extérieur, même en hiver, reste tout de même la meilleure solution naturelle pour remédier à ce problème jusqu’à ce jour », précise la docteure Auclair. Pour venir en aide aux personnes atteintes de ce phénomène, ainsi que pour attirer les curieux, la ville de Montréal a décidé, en 2012, de transformer le Quartier des spectacles en séance de luminothérapie offerte gratuitement et accessible pour tous. Avec l’immense succès obtenu, ils ont répétés l’évènement cette année, avec de légères améliorations. En effet, cette année l’évènement Luminothérapie comporte deux projets distincts, soit Iceberg et Le jour des 8 soleils. La nuit tombée, vous passez sous des barres d’aluminium formant un long tunnel en forme d’iceberg illuminé auquel des sons de craquements accompagnent votre route afin de vous propulsez pendant un moment en Antarctique. De plus, une lumière bleue vive rougit quand votre présence est captée. L’installation de la firme Atomic3 est une belle expérience tout en étant de l’art visuel très moderne. Enfin, l’installation est présente sur la place des Festivals jusqu’au 3 février. Le jour des 8 soleils est un tout autre projet. Créé par l’artiste Pascal Grandmaison et le concepteur musical Antoine Bédard, ce concept de projections vidéos architecturales diffusé jusqu’au 2 mars prochain transforme définitivement le centre-ville. En effet, on peut retrouver à huit endroits différents ces projections, soit sur les murs de la Grande Bibliothèque, du cégep du Vieux Montréal, du Centre de design, du clocher et du pavillon Président-Kennedy de l’UQAM, sur un mur situé près de la sortie de la station de métro Saint-Laurent, sur un mur05_place-pa près de la place de la Paix et sur la façade de l’Hôtel des gouverneurs, place Émilie-Gamelin. Pour chaque lieu, il est possible d’écouter une trame sonore et narrative diffusée directement sur votre mobile. Alors, pour égailler votre quotidien, améliorer votre humeur ainsi que votre santé, faites le détour et passez une agréable soirée lumineuse en plein-air au quartier des spectacles.

Sarah-Jade Potvin

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s